Logements dans des bureaux vides

Les horaires d'ouverture figurant sur l'ancienne porte de l'accueil du public ont été masqués à l'adhésif. Devant, le parking n'accueille plus de véhicules dans cette rue peu fréquentée. Tout laisse à croire que le bâtiment caché derrière les hautes haies est laissé à l'abandon.

Logements dans des bureaux vides

A louer : logements dans des bureaux vides, 200 euros par mois

Les horaires d'ouverture figurant sur l'ancienne porte de l'accueil du public ont été masqués à l'adhésif. Devant, le parking n'accueille plus de véhicules dans cette rue peu fréquentée. Tout laisse à croire que le bâtiment caché derrière les hautes haies est laissé à l'abandon. Tout, sauf un panneau blanc et vert signalant : "Protection par occupation". Car à l'intérieur vivent six personnes, confortablement installées dans les anciens bureaux et locaux techniques.

Quelques années après avoir cessé son activité dans cette commune de l'agglomération de Caen, dans le Calvados, le groupe propriétaire des lieux a choisi de ne pas les laisser vacants dans l'attente d'un repreneur. Il a fait appel à la société Camelot, pour le moment la seule en France à mettre en relation des entreprises disposant de bureaux vides et des personnes prêtes à y résider de manière temporaire moyennant 200 euros par mois – et ce, quel que soit le niveau des loyers dans les alentours. Une cinquantaine de personnes sont ainsi hébergées, principalement en région parisienne.

"Aucune décision n'a été prise", se contente-t-on de déclarer au ministère du logement." "C'est incroyable. Tout le monde est content, les entreprises comme les résidents, mais ça ne bouge pas côté politique", s'agace Olivier Berbudeau, qui espérait que le dispositif fasse partie de la grande loi sur le logement présentée par Cécile Duflot le 26 juin. "Il sera bientôt trop tard : à partir de début juillet, considérant les délais de mise en place, je devrai refuser de nouveaux bâtiments parce que je n'ai pas la garantie que l'expérience sera reconduite ! La ministre bloque ainsi le lancement d'une vingtaine d'immeubles, et donc environ 200 logements."

Lire l' article complet

 

DesignSwirl Studio